Le Mardi 19 juin 2018 à 18H au local de CJEB. L’exposé sera suivi d’un débat puis d’un cocktail dînatoire

Reproduction humaine : passé, présent,….futur……………….par B. Saïag et Al

« confrontation » avec les cultures juives,  les lois bioéthiques israéliennes et d’autres cultures

Quel avenir biologique et sociologique pour la PMA (procréation médicalement assistée)  et la GPA (gestation pour autrui) ? Tel est l’enjeu, en France des futurs états généraux de la Bioéthique afin de préparer un nouveau projet de loi dans quelques mois.

Il nous a semblé, à CJEB, important de nous questionner sur ces sujets, maintenant intrinsèques aux nouvelles sociétés humaines. Qu’en dit le judaïsme, comment les choses se passent en Israël ?

Nous ferons un bref rappel sur les mécanismes physiologiques de la reproduction humaine puis parlerons des différents problèmes auxquels l’homme a été, est et sera confronté quant à la reproduction.

Nous ferons le point sur les problèmes bioéthiques se posant de nos jours et sur les technologies disponibles.

Ainsi, pour  la PMA (particuilièrement la FIV) : est-ce qu’il faudra poser des limites à l’utilisation des gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) aux couples hétérosexuels, homosexuels, aux personnes seules?

Est-ce que le don de gamètes doit être anonyme …etc.?

Pour la GPA : ne risque-t-on pas la marchandisation pour une mère porteuse et le « service rendu » ?; n’y-a-t-il pas risques psychologiques pour l’enfant né d’une mère « porteuse », pour la mère porteuse elle même mais aussi pour les protagonistes ayant fait le choix d’une GPA ?; quel sera le statut de l’enfant né par GPA et quels seront les aspects juridiques ? Et la place de la mère porteuse …etc. ?

Enfin nous parlerons de l’avenir plus lointain, de ce qui n’est déjà plus de la science fiction : utérus artificiel, risque ,d’abandon des gestations in vivo !, modifications des comportements en conséquence !, mais aussi la possibilité de modifier le génome (ciseaux moléculaires -Crispr-cas9-) ? ….Nous verrons que le judaïsme, dans la thora, donne des éléments de réponses intéressants et que la législation israëlienne est tout à fait à la pointe de la réflexion et de l’action sur ces sujets. Les positionnements du catholicisme sur sur ces sujets de bioéthique seront également exposés.

Il est souhaité une interactivité forte avec l’assistance pour mener à un débat riche et constructif.

Bernard S